Home > Infos cyno > La dysplasie chez le BA

La dysplasie chez le berger allemand

Qu'est-ce que c'est ?

C'est une malformation de la hanche. Une hanche est constituée d'un fémur avec à son extrémité une "boule", appelée tête fémorale, qui vient se loger dans une cavité du bassin appelée acetabulum. Normalement, la tête fémorale se loge parfaitement dans l'acetabulum. Dans le cas d'une dysplasie, cette tête fémorale ne s'y loge pas correctement car l'articulation est mal formée.

A cause de cette malformation, la tête fémorale n'est pas bien maintenue dans le bassin. Elle "frotte" anormalement l'acetabulum, ce qui, à la longue, finit par user les cartilages. Lorsque les cartilages sont trop érodés, les os finissent par venir se frotter directement les uns sur les autres ce qui est très douloureux pour le chien. C'est ce que l'on appelle de l'arthrose. Dans les stades les plus sérieux de dysplasie, le chien peut boiter très sévèrement dès son plus jeune âge.

Plus d'informations : http://www.golden-france.com/sante/dcf.htm

Causes et origines

Bien que l'hygiène de vie puisse jouer un rôle dans le développement et l'expression de la maladie, la cause première de la dysplasie des hanches est génétique.

La dysplasie des hanches est une maladie polygénique, c'est à dire qu'elle implique plusieurs gènes. Une dysplasie des hanches chez un chien résulte de l'interaction d'un ou de plusieurs gènes "défectueux". Il n'existe pas UN gène de la dysplasie mais plusieurs gènes pouvant entraîner une dysplasie. Rien n'est donc jamais tout blanc ou tout noir. Pour cette raison, il est très difficile de cerner et d'éradiquer cette maladie. Exemple :

D'un côté, une chienne est porteuse d'un ou de plusieurs gènes défectueux. Pourtant, malgré son cocktail de gènes défectueux (qui lui est propre), elle présente des hanches normales. D'un autre côté, un chien est également porteur d'un ou de plusieurs gènes défectueux. Malgré son cocktail de gènes défectueux (qui lui est propre), il présente lui aussi des hanches normales. Ces deux chiens présentent donc tous les deux des hanches normales. Pourtant, mariés entre eux, ils pourraient avoir des chiots dysplasiques du fait de l'interaction imprévisible de leurs cocktails respectifs de gènes défectueux !

Il faut cependant noter que, malgré le caractère génétique de la dysplasie, l'hygiène de vie peut fortement influencer le développement de la maladie. C'est pourquoi, lors des premiers mois, il faut absolument veiller à ne pas solliciter inutilement les hanches du chiot. Pour cela, il suffit de suivre quelques recommandations : ne pas faire de balades trop longues ou trop éprouvantes pour le chiot (à 3 mois, une balade de 15/20 min suffit amplement), ne pas le faire sauter, éviter les courses poursuites sur un sol glissant (carrelage par exemple), ne pas le laisser monter des marches (on préférera prendre le chiot dans ses bras pour gravir un escalier par exemple, surtout si les marches sont hautes), bannir tout kilo superflu et, enfin, veiller à lui apporter une alimentation équilibrée et de qualité.

Ce dernier point est très important. Un chiot berger allemand grandissant rapidement, il est primordial que son alimentation lui apporte tout ce dont il a besoin pour le bon développement de son ossature. Si l'on opte pour une alimentation industrielle, on choisira donc des croquettes de qualité. Ces croquettes ont évidemment un certain coût : de l'ordre de 55€ à 70€ les 13,5 kilos. Mais il faut garder à l'esprit qu'une alimentation de qualité est un investissement sur l'avenir... car les frais médicaux et chirurgicaux engendrés par une dysplasie seront beaucoup plus élevés qu'une soixantaine d'euros mensuels !

Remarque : Toutes les marques de croquettes que l'on trouve dans les hypermarchés sont des croquettes bas de gamme; il suffit d'en regarder la composition pour s'en convaincre !

NB : L'origine héréditaire de la dyplasie est de plus en plus controversée. Elle pourrait être uniquement due à un manque de vitamine C durant la croissance. Plus d'informations : http://www.b-a-r-f.com/


Le dépistage

Son utilité

On peut légitimement se demander quelle est l'utilité d'effectuer des dépistages puisque l'exemple donné ci-dessus montre que deux parents, bien qu'ayant des hanches normales, peuvent donner naissance à des chiots dysplasiques. Certes, le dépistage n'est pas un moyen miracle d'éradiquer la dysplasie mais il permet de prévoir et d'éviter les mariages à risque :

« Il ne s'agit pas de neutrer tous les chiens qui n'ont pas des hanches excellentes, mais de savoir exactement ce qu'il en est pour choisir les mariages de manière informée. Il vaut mieux prévenir que guérir - certes, dans les limites des connaissances actuelles et des possibilités qu'offrent la médecine vétérinaire à ce jour. Mais ce n'est pas parce qu'on ne peut pas tout avoir qu'il faut préférer ne rien savoir.

Pour gérer une maladie polygénique, on ne peut que s'inscrire dans la coopération et la durée, en suivant les générations qui, c'est bien connu, se suivent mais ne se ressemblent pas. Les bases de données disponibles permettent ainsi d'avoir des informations sur les parentèles des géniteurs d'une portée, qui, étudiées rigoureusement, permettent d'estimer les risques d'un mariage. En faisant faire un "état des lieux" des hanches des chiens, on s'inscrit, en amont et en aval, dans un travail de suivi de lignées qui aidera les éleveurs »

Les radiographies

Le dépistage consiste à faire passer au chien des radiographies de ses deux hanches; le tout sous anesthésie générale. Pour être valables, ces radiographies doivent être effectuées par un vétérinaire agréé et être effectuées lorsque le chien a 12 mois révolus. Avant cet âge, sauf dysplasie très sévère, les résultats des radiographies ne sont pas assez fiables car la croissance du jeune berger allemand n'est pas encore achevée.

Plus d'informations : http://www.berger-allemand.org/standard/examen_radiographique_hanche.htm


Les différents stades et les termes officiels

Selon ce que révèlent les radiographies, on détermine cinq stades de dysplasie :

Chez le berger allemand, les trois premiers stades (A, B et C) donnent droit à la mention officielle 'Dys.-A' (= Dysplasie Acceptée) qui autorise la reproduction. Les chiens ayant un stade D ou E de dysplasie sont, théoriquement, systématiquement écartés de la reproduction.

Remarque : La mention 'HD' (Hip Dysplasia) a remplacé la mention 'Dys.-A' depuis 2007.


Les infos fournies par le pedigree (ou le certificat de naissance)

Chez le berger allemand, seule la mention officielle 'Dys.-A' ou 'HD' est indiquée sur les pedigrees.

Qu'est-ce que cela veut dire concrètement ? Prenons le pedigree de Cooper (ci-dessous) pour exemple. Tous ses ascendants français portent la mention 'Dys.-A' ou 'Dys. Acceptée' (ce qui revient strictement au même). Contrairement à ce que l'on pourrait penser, cette mention ne signifie pas forcément que chacun des ascendants français de Cooper ait été radiographié stade A. Non, ces mentions 'Dys.-A' signifient seulement que tous les ascendants français de Cooper ont pu obtenir la mention officielle... ce qui veut dire que ces derniers ont très bien pu être radiographiés stade A, stade B ou stade C !

La mention 'Dys.-A' ou 'HD' garantit seulement que le chien n'a pas une dysplasie de stade D ou E. Un chien ayant obtenu la mention officielle 'Dys.-A' ou 'HD' peut très bien avoir une dysplasie de stade C !

dysplasie pedigree

La mention officielle 'Dys.-A' ou 'HD' ne donnant pas d'informations assez précises, certains éleveurs (souvent les plus sérieux) prennent souvent l'initiative d'indiquer sur leur site web (s'ils en ont un) quels sont les stades précis de dysplasie de leurs reproducteurs et reproductrices. Ces informations sont données à travers ces abréviations :

Bien que la dysplasie des hanches soit une maladie polygénique, donc relativement imprévisible, on peut globalement affirmer que, dans des conditions environnementales similaires, un chiot dont l'un des parents est HD/C aura plus de chance d'être dysplasique à l'âge adulte qu'un chiot dont les deux parents ont été radiographiés HD/A.

Afin de minimiser au maximum les risques d'une dysplasie chez son futur chiot, il est donc fortement recommandé de ne pas uniquement se fier aux mentions officielles 'Dys.-A' ou 'HD' figurant sur le pedigree de celui-ci. Il est plus prudent de demander à l'éleveur (ou plus directement à la SCBA = Société du Chien de Berger Allemand) quels sont les stades de dysplasie précis des ascendants du chiot. Si l'éleveur évite ou contourne la question, on peut légitimement se poser des questions sur son sérieux et son honnêteté !


Prendre un chiot chez des particuliers : prudence !

Un éleveur de bergers allemands déclaré à la Société Centrale Canine (donc possédant un nº d'éleveur) et membre de la SCBA (donc possédant un nº d'adhérent) se doit de faire passer le dépistage à chacun(e) de ses géniteurs(trices). Si les radiographies sont acceptables (stade A, B ou C), il doit ensuite les envoyer à la SCBA afin que ces dernières soient validées et que ses chiens puisse obtenir la mention 'HD', ce qui est en quelque sorte l'équivalent d'une autorisation à faire reproduire les chiens en question. Chaque portée devant obligatoirement être déclarée à la SCC pour que les chiots soient inscrits au LOF provisoire (Livre des Origines Français), un éleveur SCC+SCBA ne peut donc théoriquement pas faire reproduire un chien atteint d'une dysplasie de stade D ou E.

Lorsque l'on prend un chiot LOF chez un éleveur SCC et membre de la SCBA, on a non seulement la garantie qu'aucun de ses ascendants n'ait été atteint d'une dysplasie de stade D ou E mais on a également la possibilité de connaître les stades précis de dysplasie de chacun d'entre eux (stade A, B ou C).

Les particuliers, quant à eux, n'ont pas l'obligation du dépistage. Par conséquent, lorsque l'on choisit de prendre un chiot issu d'un mariage planifié par des particuliers, il faut s'assurer que ces derniers aient pris la peine de faire radiographier le chien et la chienne avant de les unir. Le fait que le chien et la chienne soient LOF n'apporte aucune garantie... car pour obtenir une inscription définitive au LOF, seule une épreuve de conformité au standard est requise. Or les radiographies ne sont pas demandées lors de cette épreuve ! Concernant un chiot issu de deux parents au stade de dysplasie inconnu, on ne peut pas savoir quelles seront ses chances de développer la maladie en grandissant... c'est la loterie la plus totale !