Home > Infos cyno > Le clicker learning

Le Clicker Learning

Le terme "clicker learning" regroupe trois grandes méthodes d'apprentissage entièrement basées sur le renforcement positif et utilisant l'outil clicker : le leurring, le shaping et, plus accessoirement, le capturing. Ces trois méthodes reposent sur le concept de proposition de la part du chien et font intervenir un clicker, un petit objet produisant un son distinct, net et bref.

UTILISATION DU CLICKER ET BASES DU CLICKER LEARNING

L'outil clicker : son utilisation dans le cadre du clicker learning

Remarque : Par rapport à l'indication verbale "Ouiii", la précision du clicker n'apporte pas forcément beaucoup de plus-value dans le cas d'apprentissages simples tels que l'apprentissage de la position assise ou couchée (par exemple).

Le renforcement positif, fondement du clicker learning

Au clicker learning on ne réprimande jamais le chien lorsqu'il se trompe durant l'apprentissage d'un exercice (c'est à dire lorsqu'il propose une action qui n'est pas celle que l'on désire). Le simple fait de dire "NON" (d'une façon sèche et sévère) lors d'un apprentissage s'oppose au renforcement positif. Seule l'action désirée doit être cliquée, les autres actions doivent tout simplement être ignorées. Pourquoi ? Car si l'on intervient par la parole, en dureté ou par la négative, la plupart des chiens vont se mettre à douter, voire cesser de proposer des actions. De plus, certains chiens auront tendance à perdre de leur entrain et de leur bonne volonté. Or l'objectif final des apprentissages au clicker learning est d'obtenir un chien joyeux, motivé et surtout volontaire dans le travail ! Durant un apprentissage, on ne réprimande jamais le chien lorsqu'il fait 'faux' : on ne met jamais le chien en situation d'échec !

La philosophie du clicker learning : laisser le chien proposer

Au clicker learning, on préfère toujours éviter de manipuler physiquement le chien pour obtenir de lui une action : on préfère lui laisser l'occasion de réfléchir et le laisser proposer plusieurs actions jusqu'à ce qu'il trouve/atteigne celle que l'on désire (quitte à ce que cela prenne du temps) ! Ceci afin que le chien s'implique dans chaque nouvel exercice et qu'il prenne par la suite chaque nouvel apprentissage comme un jeu/challenge... dans lequel il est un participant actif et non passif puisque c'est à lui de trouver la "solution" (= l'action qui lui permettra d'être récompensé) !

Remarque : Les séances de clicker learning se déroulent en liberté. Pas de laisse, pas de traction sur le collier, pas de contraintes physiques, pas de brusqueries... le chien doit être totalement libre et maître de ses mouvements !


UTILISER LES METHODES DU CLICKER LEARNING

Les pré-requis

Tout d'abord, le chien doit avoir compris que le click engendre toujours une récompense (cette étape est souvent appelée "chargement du clicker"). Pour cela, plusieurs façons de faire existent. En voici une : cliquer puis récompenser gratuitement le chien à plusieurs reprises et de façon consécutive. Au départ, peu importe ce qu'est en train de faire le chien : on clique et on lui donne immédiatement une friandise. Cette étape est à renouveler jusqu'à ce que le chien ait compris que le click précède toujours une récompense. Une fois la valeur positive du click intégrée par le chien, l'utilisation de l'une des trois méthodes du clicker learning peut être envisagée.

Déroulement d'une séance d'apprentissage avec les méthodes du clicker learning

Il ne s'agit pas de se promener 24/24h avec un clicker sur soi et de cliquer n'importe quand, n'importe comment : on utilise seulement le clicker lors de séances bien matérialisées par un début (la sortie du clicker) et une fin (le rangement du clicker + une indication vocale si nécessaire). Il est important que les séances de clicker learning soient bien délimitées dans le temps : le chien doit comprendre qu'il ne peut proposer des actions que dans le cadre de ces séances. Le reste du temps, il doit se contenter d'écouter (dans la vie quotidienne, on ne veut pas qu'il nous propose tout et n'importe quoi en permanence dans l'espoir d'être récompensé).

La durée des séances est à adapter en fonction de l'âge du chien et de sa faculté de concentration. Une séance doit en effet s'achever avant que le chien ne montre des signes de lassitude (en moyenne, une séance dépasse rarement une quinzaine de minutes et peut très bien ne durer que 5 petites minutes).

Une séance est consacrée à un apprentissage bien spécifique et on y travaille donc qu'un exercice à la fois : c'est très important car dans le cas contraire, le chien risque de se mélanger les pinceaux et ne plus savoir quoi proposer pour déclencher le click. Une bonne discipline est donc indispensable : on décide au début de la séance quel action on cherche à obtenir et on s'y tient. Selon l'action recherchée, il est alors possible d'utiliser le leurring, le capturing ou le shaping.

Assimilation d'un exercice

Lorsque le chien réalise plusieurs fois la bonne action avec succès - c'est à dire lorsqu'il propose cette action à plusieurs reprises successivement durant une ou plusieurs séances - on peut alors introduire le mot que l'on veut associer à l'exercice.

Remarque : Tant que le chien est en train de "chercher" la bonne action, on évite d'associer un mot (un ordre) à l'exercice. Il faut être méthodique afin que tout soit le plus clair possible dans la tête du chien : la rapidité et la solidité de de l'apprentissage en dépend.

Pour coder un exercice avec un mot, on introduit tout d'abord ce mot pendant que le chien effectue l'action, et ce plusieurs fois de suite. Lorsque l'on pense que le chien a plus ou moins associé le mot à l'action (cette étape nécessite du feeling et une bonne connaissance de son chien), on peut alors progressivement tenter d'anticiper le comportement du chien en prononçant le mot code avant que ce dernier ne propose l'action récompensée. Théoriquement, à cette étape, le chien a déjà proposé un grand nombre de fois l'action récompensée (si ce n'est pas le cas, c'est qu'une ou plusieurs étapes ont été grillées). Par conséquent, la probabilité pour qu'il ne propose pas la bonne action (ou pas d'action du tout) suite à la prononciation du mot code est très faible.

Lorsque le chien a effectué un grand nombre de fois l'action désirée suite à la prononciation du mot code, l'exercice est considéré comme compris et assimilé !

L'exercice ayant été compris et assimilé, il pourra être demandé au chien en dehors des séances d'apprentissage. Le clicker n'est alors plus d'une grande utilité, on cesse donc de l'utiliser. En continuant de l'utiliser sur des exercices connus - et donc hors cadre d'une séance d'apprentissage - on sépare l'utilisation du clicker du principe de proposition qui lui est associé. Dans ce cas, on parle de clicker training. Dans le clicker learning, lorsque le chien voit son maître clicker en main, il doit tout de suite comprendre qu'il va devoir proposer des actions.

Remarque : Utiliser l'outil clicker en dehors d'un contexte d'apprentissage (en supprimant donc tout le côté proposition de la part du chien puisque ce dernier doit alors seulement se contenter d'écouter) uniquement pour sa précision et sa neutralité équivaut à faire du clicker training (et non du clicker learning). Attention, le terme "clicker training" englobe de nombreuses méthodes d'apprentissage et/ou d'entraînement qui, bien qu'utilisant l'outil clicker, ne sont pas toutes basées sur le renforcement positif (certaines le sont, d'autres ne le sont que partiellement tandis que d'autres ne le sont pas du tout) ni même sur la règle du 1 click = 1 récompense ! (pour les plus courageux et les plus curieux, voici une conversation très intéressante à lire à ce propos : http://www.forumduba.com/)

Récompenses & motivation

La récompense qui suit le click peut être une gourmandise ou bien un jeu (lancer de balle ou jeu de traction/mordant par exemple) ou bien quelque chose qui motive particulièrement le chien sur l'instant. Le jeu en tant que récompense présente cependant le risque de "déconnecter" de façon répétée le chien de l'exercice et il apparaît donc plus judicieux de ne l'utiliser qu'en fin de séance.

Dans tous les cas, la récompense doit être quelque chose de particulièrement motivant pour le chien. Pour cela, il faut que la récompense ait une valeur toute particulière à ses yeux. Si l'on choisit la gourmandise comme récompense, on veillera donc à sélectionner une ou plusieurs sortes de gourmandises qui seront préférentiellement distribuées au chien dans le cadre des séances. De même, si l'on choisit le jeu comme récompense, on veillera à choisir un jouet particulier qui ne sera accessible au chien qu'au moment des séances (un jouet qui sera donc rangé à chaque fin de séance et qui ne sera pas utilisé dans les jeux de la vie quotidienne).

Lorsqu'on utilise les méthodes du clicker learning, on adopte une attitude joyeuse et décontractée : on parle à son chien d'une voix enjouée et on affiche une expression faciale souriante ! Lorsque le chien réussit un exercice, ce doit toujours être pour lui un moment extrêmement agréable. Au delà de la récompense, il faut savoir lui montrer à quel point cela nous réjouit : vives félicitations, rires, exclamations de joie... il ne faut pas hésiter à exagérer un peu, surtout lorsque l'exercice demandé est un exercice qui a été récemment assimilé !

Pourquoi utiliser la méthode du clicker learning pour les apprentissages ?

Petit à petit, le chien travaillé au clicker learning lors des apprentissages apprend à se concentrer pour chercher et trouver ce qui va provoquer le click. Sa curiosité est aiguisée et il cherche très vite à coopérer. Il apprend également à faire preuve d'initiative et développe grandement sa capacité de réflexion (en particulier lors des apprentissages au shaping), autrement dit son intelligence ! De plus, n'étant jamais mis en situation d'échec, il apprend sans stress ni pression (car sachant qu'il ne se fera pas réprimander s'il se trompe), de plus en plus rapidement et avec plaisir évident !

Les séances d'apprentissage au clicker learning deviennent des séances de jeu/challenge pour le chien; des moments privilégiés entre lui et son maître, source de plaisir et d'amusement ! De ces jeux et moments privilégiés naît et s'installe peu à peu de la complicité...

Remarque : Le clicker learning est adapté à l'apprentissage d'un grand nombre de disciplines mais est tout particulièrement intéressant en obéissance de compétition, en obéissance rythmée et en agility. Les apprentissages au clicker learning peuvent être commencés à n'importe quel âge. Les chiots sont particulièrement réceptifs au clicker learning.

Remarques générales

A l'origine, le terme "clicker training" faisait référence aux méthodes d'apprentissage basées sur le renforcement positif ET sur le concept de proposition de la part du chien ET utilisant l'outil clicker. Cependant, avec l'utilisation de plus en plus fréquente de l'outil clicker dans des méthodes d'apprentissage et/ou d'entraînement non basées sur le renforcement positif ou bien non basées sur le concept de proposition, le terme "clicker training" a progressivement été employé à tort et à travers si bien que sa signification originelle a finalement été perdue.

Pour clarifier les choses, j'ai donc choisi d'utiliser un nouveau terme, celui du "clicker learning", afin d'éviter d'éventuels problèmes de compréhension par rapport à ce qu'on peut lire ici et là. Dans le site et sur cette page, j'utilise donc le terme "clicker learning" pour faire référence aux méthodes d'apprentissage (le mot "apprentissage" se traduit par le mot "learning" en anglais) fondées sur le renforcement positif ET faisant appel au concept de proposition de la part du chien ET utilisant l'outil clicker. Quant au terme "clicker training", je l'utilise pour désigner toute méthode d'entraînement (voire d'apprentissage) utilisant à un moment ou à un autre l'outil clicker.

Liens utiles sur le clicker learning

> Une approche pratique du clicker learning par titluciole : http://www.forumduba.com/viewtopic.php

> Acheter un clicker sur le net : http://www.animalinboutique.fr/


GROS PLAN SUR LE SHAPING

Le principe

Le shaping équivaut à un jeu, le jeu du chaud-froid.

Au shaping pur, on ne parle pas au chien et on ne fait aucun geste pour le mettre sur la voie de l'action recherchée. Seul les infos click guident le chien ("click" = dans le chaud, pas de "click" = dans le froid). Le shaping permet d'obliger le chien à réfléchir et permet de développer son esprit d'initiative.

Pour amener le chien à réfléchir et à effectuer de lui-même l'action désirée, on commence par cliquer les actions intermédiaires qu'il propose dans la bonne direction (c'est à dire qui vont dans le sens de l'action finale désirée) en lui indiquant ainsi au fur et à mesure qu'il "chauffe" de plus en plus !

Exemple : apprendre à son chien à fermer un tiroir. Au départ, on se contente de peu pour déclencher le click. On se montre ensuite plus exigeant. On décompose pour cela l'exercice en plusieurs "étapes" :

Au début de chaque étape, on clique automatiquement dès que le chien propose l'action intermédiaire vers l'action recherchée. Lorsqu'il finit par proposer cette action intermédiaire à plusieurs reprises, on considère que l'étape est validée. On cesse donc d'automatiquement déclencher le click : on ne clique plus qu'une fois sur deux voire une fois sur trois. Le click n'étant déclenché que de plus en plus rarement, le chien va tenter de proposer une nouvelle action dans le "prolongement" de l'action précédemment récompensée... c'est la transition vers l'étape suivante ! Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour réussir une transition.

Voici une vidéo illustrant l'apprentissage de l'exercice du tiroir et tout ce qui a été dit ci-dessus. L'exercice est ici effectué par un chien qui a l'habitude de travailler au shaping : il est vif d'esprit et sait faire preuve d'initiative. Au bout d'à peine 7 minutes, il comprend où veut en venir sa maîtresse !

Avec la méthode du shaping, on peut apprendre tout et n'importe quoi à son chien ! On peut par exemple lui apprendre à fermer un tiroir ou une porte, à ranger ses jouets dans une caisse, à éteindre et allumer la lumière, à mettre le linge sale dans la machine à laver, à apporter la télécommande etc etc. L'important n'étant pas l'utilité (ou bien souvent l'inutilité) de l'exercice mais l'amusement et le plaisir que le chien partage avec son maître durant l'apprentissage dudit exercice !

Pour encore mieux comprendre le shaping

Imaginons nous tous ensemble sur un terrain. Toto est désigné comme cobaye. Nous les autres sommes munis d'un clicker et allons décider ce que nous souhaitons obtenir de Toto. Admettons que Toto est assis au sol au centre de notre groupe. La chaise se trouve derrière lui sur sa gauche. Après concertation, nous décidons qu'il doit se lever et aller s'asseoir sur la chaise. Naturellement, Toto n'est pas informé de ce que nous attendons de lui. La règle du jeu est celle-ci : chaud ou froid. A chaque fois que Toto fera une action qui ira dans le sens que nous voulons, nous cliquerons puis le récompenserons. Le jeu commence.

Imaginons que Toto se lève : click & récompense. Puis, il tente de se diriger vers nous. Que se passe t-il ? Rien, pas de click. Toto va donc réfléchir et se rendre à l'évidence: ce n'est pas vers nous qu'il doit se diriger. Il essaie donc un demi tour sur lui-même en direction la chaise : click & récompense. Et ainsi de suite. C'est froid ou de plus en plus chaud. Jusqu'à ce que Toto réussisse par nos infos click à se diriger vers la chaise et à s'y asseoir.

Durant cet exercice, c'est Toto qui fait fonctionner ses neurones en fonction des infos click qu'il reçoit : personne ne lui donne d'indications vocales ou gestuelles pour le mettre sur la voie !

Ce dernier point est important. Lorsqu'on travaille l'apprentissage d'un exercice avec la méthode du shaping, on ne parle pas à son chien* et on travaille si possible dans un lieu silencieux exempt de distractions. Pourquoi ? Pour qu'il effectue tout le travail de réflexion lui-même et pour qu'il puisse plus facilement se concentrer et trouver "la solution". Plus tard, lorsque l'exercice sera compris et bien assimilé, il pourra être demandé au chien dans des situations présentant des sources croissantes de distractions (en dehors des séances de clicker learning donc).

* On peut accompagner la récompense d'une félicitation verbale mais celle-ci ne doit pas "déconnecter" le chien de l'exercice et le "débrancher" à chaque fois de son fil de réflexion, chose qui peut facilement arriver avec un chien très speed et/ou très foufou.